Catégorie : Histoire

Histoire de Saint-Jean d’Angély.

Une auteure angérienne

Noëla Le Guiastrennec, née dans une famille relativement aisée, est l’auteure d’une cinquantaine d’ouvrages publiés sous de nombreux pseudonymes masculins, parmi lesquels Noël Santon, Noël de Guy, Julien Lescap, Jean d’Angéry, Julien Voultonne, Jean Clairsange, Paul Daubigné, , Franck Romano, à l’exception d’un seul, féminisé, Noëla de Guy (1927). Un grand nombre de ces romans

Echevinage

En 1313, Barthélémy de la Féraudie donnait au Maire et Échevins de la ville, une maison sise dans la rue « par où l’on vait du Pilory au Groux Sin » (rue de l’Horloge actuelle). Quatre années plus tard, Madame Pétronille, veuve de Giraut de la Féraudie, donnait aux mêmes, une seconde maison contiguë à la première, dont les dépendances communes avec celles de son beau-frère, s’étendaient sur toute la rue « par où l’on vait du Groux Sin à la Paume » (1) (rue de l’Echevinage)

Place du Pilori

Les rues des Jacobins et des Bancs, (axe nord-sud) et les rues Grosse Horloge et Gambetta (axe est-ouest) se rejoignent en un point central, la place du Pilori. Au Moyen Age, ce canton du pilori, était nommé ainsi car c’était l’endroit où les gens étaient condamnés, attachés au pilori et tournés en dérision. La place a aussi été appelée canton de la Grande Boucherie, puis carrefour des Bancs

Cognac angérien

De la 2e moitié du XVIIe siècle au début du XXe siècle, Saint-Jean-d’Angély connaît une page florissante de son histoire grâce au négoce des eaux-de-vie. Située en limite des Bons Bois et des Fins Bois selon les appellations contemporaines, la ville voit s’ériger, grâce à son port sur la Boutonne, de nombreux chais

Pyramides à St-Jean

Depuis son départ à la retraite, Jean Kuzniar, artisan forgeron maréchal-ferrant, enquête sur les techniques utilisées par les anciens égyptiens pour tailler, équarrir, transporter et disposer les énormes blocs de pierre sur les pyramides et autres temples pharaoniques. Aujourd’hui, il est parvenu à résoudre plusieurs énigmes

Aumonerie 1929

Dans les dépendances de la maison de M. Martelet, entre la rue du Collège et la petite rue du Temple, on voit encore des vestiges de portes, fenêtres, arcs, contreforts et cheminée remontant au XIe, XIVe, XVIe et même XVIIe siècles. Nous avons cru intéressant pour l’histoire de Saint-Jean-d’Angély d’en faire le relevé.

Moulin à poudre explosion

La production de cette poudrerie était très appréciée des fabricants grâce au salpêtre et au charbon de coudrier ou noisetier qui abondait dans les bois environnants. La navigation sur La Boutonne et La Charente facilitait le transport vers l’arsenal de Rochefort, et permettait la diffusion de cette poudre de qualité. La quantité de poudre qui […]

error: Le contenu est protégé !!
Défilement vers le haut